Hátimotor Hátimotor Motoros sárkány Kezdőlap Merevszárnyú UL Forgószárnyú UL Műrepülés Videók Galéria

Version francaise Versiunea în româneste
 
Hátimotor

„T’as pas idée… c’est magnifique”


Escapade en Espagne

En général, on boucle quand męme notre journal dans des conditions plus confortables, mais rarement plus aventureuses. Pas de doute quand ŕ la fraîcheur des impressions, ŕ notre droite, c’est le grand bleu, ŕ gauche, défilent des orangers, le moteur ronronne, l’ordi sur les genoux, et encore 2300 kilomčtres ŕ rouler jusqu’ŕ Budaörs. Ca sera quand męme bien de rentrer ŕ la maison, se répčte-t-on pendant que notre brave Sprinter s’éloigne d’Alicante, mais au fond, personne ne serait mécontent d’une „da capo al fine”…
S’il faut résumer la semaine qu’on vient de passer, on n’a qu’ŕ emprunter comme titre la tournure préférée d’Eric, notre hôte, citée au titre …

Pourtant la météo n’a pas été aussi généreuse qu’on attendait, au contraire, au début elle semblait carrément nous taquiner. Le premier matin, le soleil levant au-dessus de la mer a fait sauter tout le monde du lit de bonne heure, les mouettes elles-męmes n’étaient qu’ŕ s’échauffer pour la pęche du jour, quand la plage commençait déjŕ ŕ se remplir de voiles, de paramoteurs et de pilotes impatients. Malgré la séduction de l’immense plage de sable, du scintillement de la mer et du ciel d’un bleu éblouissant, le vent de plus en plus fort et les rouleaux générés par les dunes ne nous ont permis qu’ŕ peine de goűter aux plaisirs du vol d’ici. Suivaient les heures torturantes de la frustration, que nous avons quand męme essayé de passer de façon agréable, malgré les symptômes de manque. Ce n’était pas si difficile que ça, comme vers midi – sauf le vent de 30 km/h – régnait déjŕ un vrai temps d’été sur la plage, on pouvait donc jouer au scénario „classique” des vacances avec bronzette sur les transats, les plus courageux ont męme risqué la baignade dans l’eau printaničrement frisquette. En attendant l’accalmie du soir, on a fait un tour des environs: nous avons repéré le cybercafé local (par la suite devenu un point standard du programme quotidien), visité la plus grande palmeraie d’Europe dans le voisinage ainsi que quelques endroits préférés d’Eric, et surtout on admirait le paysage. Puis la nuit et les étoiles sont venues, mais le vent persistait, il ne nous restait donc que l’espoir, et la manche ŕ air et le baromčtre ŕ suggérer.
Le lendemain matin on a encore été réveillés par un soleil magnifique, mais le vent n’a pas eu pitié de nous. Faute de mieux, on s’est amusé ŕ gonfler les voiles sur le champ, ŕ visiter la base ULM voisine et l’autogyre ELA du propriétaire (dont le MT 03 a été copié), ŕ essayer son multiaxe P92 Tecnam, puis nous nous sommes laissés emporter par des plaisirs gastronomiques: la voisine nous a invités ŕ une superbe paella maison.
Le soir, on a enfin eu droit aux premičres parties de plaisirs aériens au-dessus de la plage, et par la suite la malédiction semblait nous quitter. Matin et soir on décollait devant la maison, et dans la journée on s’aventurait ŕ loisir. Nous avons admiré du haut les salines de Santa Pola, le parc national connu pour ses espčces d’oiseaux rares, les ports, et surtout la côte ŕ perte de vue. Le soir sous la véranda, on se faisait l’habituelle projection des images et vidéos du jour. Il y avait de quoi regarder et commenter, ŕ partir des gaffes au décollage jusqu’ŕ la vache – en biplace - exécutée avec brio sur une minuscule bande libre du parking du port (précédée par une panne moteur). Nous avons également eu l’occasion de tester les nouvelles motorisations. Cette période d’avant la saison, męme s’il ne semblait pas ętre un choix parfait du point de vue de la météo (bien que les connaisseurs de la région soient tous d’accord pour affirmer que tout simplement, on n’avait pas de bol), s’est avérée idéale pour éviter la confrontation avec des foules de vacanciers, on avait toute l’espace rien que pour nous. Le soir, les voisins sur la côte s’amusaient ŕ regarder plutôt le spectacle aérien que la télé, tout comme les peu de passants qui faisaient du jogging ou promenaient leur chien. Pour ce qui est des retraités allemands se momifiant dans leurs caravanes ŕ l’image des caveaux mobiles derričre les dunes, des fois on a réussi ŕ animer leur existance végétative jusqu’au seuil de la crise cardiaque. Un beau crépuscule, ils ont particuličrement apprécié l’apparition soudaine de Zsolti parmi les plantes succulentes foisonnant sur les dunes: pręt ŕ décoller, il s’est rué sur eux avec détermination – rien ŕ faire, direction du vent oblige…
Ici, le soleil couche une heure plus tard qu’en Hongrie. Nos adieux au ciel espagnol se sont prolongés le dernier soir, les derniers ont atterri bien aprčs la tombée du jour. Les lumičres du port au loin, les feux des bateaux sur la mer, les crętes blanches des vagues sous nos pieds, et les nuages flottant sur le ciel rougeoyant au-dessus des dunes: cette image finale a couronné notre séjour.
Pour le voyage, la famille Vampair s’est élargie de l’agréable compagnie de Zsolti Berkes et Tomi Dóka, c’est donc un commando de six hongrois qui a attaqué l’Espagne. Nous espérons que la prochaine fois, on sera encore plus nombreux. Zsolti et Tomi étaient d’accord pour qualifier ce „stage d’entraînement joint aux vacances” non seulement agréable, mais aussi riche en expériences et apprentissage. La météo trčs différente de celle habituelle en Hongrie, męme si elle n’assurait pas de conditions de vol idéales, représentait un défi ŕ relever, et une occasion d’apprendre et de progresser, tout cela dans un contexte sortant de l’ordinaire. Preuve est faite que contre toute prévision, on peut facilement décoller dans du sable, męme en biplace – le vent aidant, bien sűr. Il aurait été dommage de rater cette aventure. Tôt ou tard, les stocks de sable accumulés dans les voiles finiront par s’épuiser….

Texte: Andrea Kádár
Photo: Péter Koszta


 
Belépés
   

Kapcsolódó linkek
   

Hír értékelése
   

Parancsok
   

Kapcsolódó rovatok

Hátimotor

Tartalomkezelő rendszer: © 2004 PHP-Nuke. Minden jog fenntartva. A PHP-Nuke szabad szoftver, amelyre a GNU/GPL licensz érvényes.
Oldalkészítés: 0.22 másodperc